Create a Joomla website with Joomla Templates. These Joomla Themes are reviewed and tested for optimal performance. High Quality, Premium Joomla Templates for Your Site

A livre ouvert

« A livre ouvert / wie ein offenes Buch »

« Tu as raison de mener le combat contre les politiques d’armement jusque sur le terrain de l’art » écrivait Albert Schweitzer à Pablo Casals en octobre 1958. 64 ans plus tard, ces mots ont porté les participants à la « Journée non-stop de musique pour l’Ukraine, pour l’Europe, pour la paix. »

À retrouver en vidéos dans notre playlist YouTube, en cliquant sur l'image ci-dessous.

 

 

Comment jugera-t-elle ce que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de « tergiversations européennes » ?

Mais le temps de l’Histoire n’est pas celui de l’urgence à agir : des enfants, des femmes et des hommes meurent dans des conditions atroces : que pouvons-nous faire ?

Rencontre de dernière minute avec Ivanka Pinyak de l’association PromoUkRaïna et Peter Cleiss, Landesvorsitzender dieBasis du Baden-Württemberg.

Ivanka Pinyak est en première ligne depuis le 24 février, de l’accueil des réfugiés aux cours de français. Son jugement est sans concession.

Peter Cleiss est, depuis toujours, un Européen engagé et un militant de l’entente franco allemande.

Rencontre animée par Jean-Luc Fournier

Dank an die Bücher / Merci aux livres.

De Stefan Zweig à Pierre Kretz

« O les livres, compagnons très silencieux, très fidèles, comment vous remercier d’être toujours là … »

C’est, entre autres, avec le vibrant hommage aux livres écrit par Stefan Zweig en 1937 que nous passerons, en allemand, arabe, français et grec, ce 1/4 d’heure de lecture.

Mais nous n’en resterons pas là !

Et c’est avec l’un de nos plus grands auteurs contemporains (en) alsacien, Pierre Kretz, que nous poursuivrons.

En attendant Théo (texte à venir) nous dialoguerons avec lui à l’occasion de la réédition, 17 ans après, de « Quand j’étais petit, j’étais catholique » aux Éditions La Nuée Bleue

Une proposition d’À livre ouvert / wie ein offenes Buch

Avec Pierre Kretz, Antoine Vincent, Maria Ioannou, Mega Chid, Jean Lorrain, Aline Martin et François Wolfermann

 

EHNI l’OVNI

26/02/2022 – Librairie Kléber

René-Nicolas Ehni est né en 1935 dans le Sundgau, dans cette Alsace tournée vers Bâle-Mulhouse et le Doubs. Ce romancier, dramaturge, penseur et poète alémanique « écrit directement en français ». Il confond poésie et vérité, vie et œuvre, mêle les généalogies et les religions. Grand voyageur errant entre le Sundgau et la Crète, ses références ne connaissent pas de frontières, le sens surgit toujours entre les langues. Sa prose saute du coq à l’âne,  sa langue est impure, il bavarde, s’embrouille, se prend pour un prophète, génialement. A (re) découvrir absolument.

Lecture-présentation avec Charles Fichter, Jean Lorrain et Aline Martin

SAMEDI 26 FÉVRIER 2022 À 14:00

Évènement de Librairie Kléber Salle Blanche et À livre ouvert / Wie ein offenes Buch

Librairie Kléber Salle Blanche

Public  · Tout le monde (avec ou sans compte Facebook)

✒️ René-Nicolas Ehni est né en 1935, en Alsace. Ce romancier, dramaturge, penseur et poète alémanique « écrit

directement en français ». Il confond poésie et vérité, vie et œuvre, mêle les généalogies et les religions.

🌍 Grand voyageur errant entre le Sundgau et la Crète, ses références ne

connaissent pas de frontières, le sens surgit toujours entre les langues. Sa prose saute du coq à l’âne, sa langue est impure, il bavarde, s’embrouille, se prend pour un prophète,

génialement.

À (re)découvrir absolument. 🤩

🎤 Lecture-présentation avec Charles Fichter, Jean Lorrain et Aline Martin

Proposée par À livre ouvert / Wie ein offenes Buch

Table ronde avec Jenny Litzelmann, directrice de la Maison Albert Schweitzer de Günsbach, Jean-Paul Sorg, traducteur et spécialiste de l’œuvre d’Albert Schweitzer, Gérard Leser, Président de la Société d’histoire du Val et de la Ville de Munster

Lecture : Aline Martin et Jean Lorrain

La table ronde fut suivie à 19h30 d’une lecture-concert « Albert Schweitzer et Hélène Bresslau, correspondance » avec Jean Lorrain et Aline Martin (À livre ouvert/wie ein offenes Buch) et Lisa Erbès au violoncelle.

La vie et l’œuvre d’Albert Schweitzer (1875-1965) sont traversées par la question des langues, du nationalisme et du multiculturalisme. 45 ans allemand, 45 ans français au cours de son existence, 52 années de voyage entre l’Alsace et l’Afrique. Le monde entier n’a cessé de le presser à s’exprimer sur son appartenance principale. De la part de l’intéressé, jamais la moindre réponse. Si ce n’est : « Je suis un homme de Gunsbach et un citoyen du monde ». On parlait allemand à l’école, français à la maison chez les Schweitzer. Le jeune Albert reçut un enseignement musical dans les deux traditions, à Strasbourg et à Paris. En tant que médecin, il a voulu que son œuvre humanitaire à Lambaréné soit supranationale comme supra-confessionnelle. Dans son hôpital, on parlait alsacien, « suisse », allemand et naturellement français avec les patients et dans les relations avec l’administration. Les sermons en plein air du dimanche étaient aussi en français, avec traduction dans les deux dialectes africains locaux. Et la traduction dans tout ça ? Il n’a pas vraiment traduit, mais librement réécrit en allemand, son ouvrage Jean-Sébastien Bach, le musicien-poète (édité à Paris et à Leipzig en 1905). Sa vaste correspondance est rédigée dans les deux langues, selon les destinataires. Dans ses lettres à Hélène Bresslau, de 1902 à 1912, il sautait allègrement de l’une à l’autre (70% de français, 30% d’allemand, parfois mâtiné d’alsacien).

S’appuyant sur la lecture d’extraits de textes, les débateur·rice·s nous présenteront comment la pensée et l’action de Schweitzer – puisque chez lui, l’une ne va pas sans l’autre – sont déterminées par ces va-et-vient sans cesse entre les continents, les univers et les langues, et comment il nous montre que vivre, c’est traduire sans cesse le penser en agir et inversement.

Un événement de À livre ouvert… wie ein offenes Buch, de la Librairie Kléber, de la Société d’histoire du Val et de la Ville de Munster, de la Maison Albert Schweitzer de Günsbach et de la Chapelle protestante de l’Hôpital Civil dans le cadre de « D’une langue vers l’autre », en partenariat avec le Goethe Institut Strasbourg

Lecture musicale réalisée grâce à l’aide de Romain Collot, Responsable des archives, et Jenny Litzelmann, Directrice de la Maison Albert Schweitzer de Gunsbach

« J’avais cinq ans lorsque mon père commença à me donner des leçons sur l’ancien piano carré, héritage de mon grand-père Schillinger. Il n’avait pas beaucoup de technique,

mais il improvisait fort bien. A sept ans, je surpris notre maîtresse d’école en lui jouant à l’harmonium des mélodies de chorals avec des harmonies de mon invention.

A huit ans, alors que j’avais à peine les jambes assez longues pour atteindre les pédales, je commençai à jouer de l’orgue. » Albert Schweitzer, Ma vie et ma pensée.

Lecture d’extraits des écrits d’Albert Schweitzer : Aline Martin et Jean Lorrain

Musique : Merwan Mazloum, piano (Jeune pianiste strasbourgeois à l’aurore de sa carrière, Merwan Mazloum nous interprètera des œuvre de Bach et de Beethoven…)

Un partenariat avec la Librairie Kléber Salle Blanche et A livre ouvert / wie ein offenes Buch.

Cet évènement s'inscrit dans le cadre du programme "Albert Schweitzer , dans le paysage strasbourgeois" du 15 au 18 septembre 2021 à Strasbourg.

#Aragon #Alsace #Allemagne #Poésie

Aragon : Partie 2

Alsace ou Allemagne ? C’est la question qui se pose au médecin-auxiliaire Aragon en 1918. Aragon s’inspire de Goethe et de la littérature allemande pour comprendre ce pays, la Moder remplaçant le Rhin, Roeschwoog, Sessenheim et Bettina (von Arnim) Frédérique Brion. Sur fond d’Alsace libérée et de Sarre occupée par les Français. Nostalgie alsaco-allemande" d'Aragon. Léo Ferré chante "Est-ce ainsi que les hommes vivent?". Ce refrain est celui du poème Bierstub - Nostalgie allemande écrit à la fin de la première guerre mondiale quand Aragon était un jeune soldat français s'ouvrant à l'Allemagne qu'il combattait et occupa, et découvrant l'Alsace avec étonnement, avec le jeune Goethe comme guide.

Rencontre-lecture dans le cadre du cycle “Aragon, l’Alsacien” proposée par l’association À livre ouvert/wie ein offenes Buch avec le soutien de l'OLCA, présentée par Charles Fichter et interprété par Aline Martin et Jean Lorrain

📆 Dimanche 5 septembre à 19h

📍Cité de la Musique et de la Danse